Deyloule a toujours partagé la souffrance de ses frères Negro-mauritaniens dont une illustre famille l’a adopté dès son enfance et qu’il considère toujours comme sa première famille. C’est un immense privilège de connaître parfaitement toutes les communautés mauritaniennes ! Il est vrai que la communauté Negro-mauritanienne est l’objet d’un racisme viscéral de la part d’une grande majorité de maures ou beïdanes. Et est regrettable de constater que le nationalisme arabe que développent certains intellectuels maures se focalise sur ce racisme anti noirs mauritaniens et a créé, par réaction, un nationalisme négro-africain qui tend lui aussi à se durcir ! Cette situation est évidemment dangereuse pour l’avenir du pays ! Et les régimes militaires successifs qui ont été tous dirigés par des militaires putschistes peu intelligents qui ont été et qui sont encore tous particulièrement destructeurs de toute chance de fraternité durable entre les deux communautés attisent plutôt la haine entre ses communautés plus qu’elles ne cherchent à cultiver l’amour des uns aux autres au sein d'une communauté nationale qui aurait du prévaloir sur toute autre forme de communautarisme. Malheureusement, il y est de grande démocratie où le citoyen noir est victime d’un racisme cruel dont il n’est pas près, hélas, de se libérer. Combien y a-t-il, par exemple, de députés Noirs issus des DOM-TOM au Palais Bourbon à Paris ? Combien y en a-t-il aux USA dans les différentes assemblées depuis l'élection d'Obama ? Même en Afrique du Sud où l’apartheid a pris fin, officiellement, depuis 1991, le Noirs, pourtant ultra majoritaires dans le pays, subissent encore un racisme qui n’est certes pas comparable à l’apartheid des Botha, des Smith et des Terre’Blanche mais qui dénote suffisamment la bêtise humaine quand on constate que les richesses du pays sont encore pour l’essentiel entre les mains des Blancs ! Par exemple, les mines d’or et de diamant sont encore gérées exclusivement par des Blancs ! Il en est de même pour toutes les banques privées et tous les concessionnaires d’automobiles (à savoir qu'il se vend en Afrique du Sud plus de véhicules de la célèbre marque BMW que dans tous les USA !!!). Et que le PIB du seul Gauteng (région Pretoria + JHB) est équivalent à 1/3 du PIB de tout le reste de l’Afrique (Le Nigéria, la Lybie, L’Egypte, le Maroc, l’Algérie compris !!!). Sans compter tous les domaines (dont de très vastes domaines de chasse) enclos de millions de kilomètres de barbelé qui sont propriétés exclusives des Blancs ! Mais aussi, on assiste, dans les faits, à un apartheid à l’envers, particulièrement sévère à l’endroit de la minorité blanche d’Afrique du Sud dont la fonction publique, par exemple, a été littéralement épurée, ce qui a poussé de nombreux cadres blancs hautement qualifiés (l’Afrique du Sud dispose d’un savoir-faire en médecine (ex. Dr Barnard avec la première greffe de cœur pratiquée sur l’homme) parmi les plus élevés au monde !!! ) à fuir, notamment vers l’Australie et la Nouvelle-Zélande !!! François Mitterrand disait du nationalisme que c’est la guerre. Mais cela est tout aussi vrai pour le tribalisme et l’ethniscisme ! Quand une communauté nationale ne se définit plus qu'à travers ses ethnies c’est qu’elle n’est pas loin de la rupture définitive comme nous en avons été les témoins oculaires au Soudan dont la scission en deux états, qui ne pouvaient qu’être des voisins, est en passe de créer plus de problèmes qu’elle n’est censée résoudre !!! Tenir sans cesse, partout, sur tous les média, à hue et à dia, que la communauté maure est minoritaire en Mauritanie ou que c’est plutôt la communauté négro-africaine qui l’est est stérile ! D’abord rien n’est moins sûr que la communauté maure soit minoritaire. Bien au contraire. Il suffit de parcourir toutes les régions de Mauritanie pour s’en convaincre. Et pour preuve incontournable les recensements les plus fiables aux temps coloniaux (la plus part des tentes maures, sauf celles de la tribu de Ould Abdel Aziz qui avaient trouvé refuge au Sahara Occidental, payaient impôt à la France de façon continue, depuis la prise d’Atar en 1909, jusqu’à l’indépendance en 1960 !! Et la France coloniale, experte en recensement, recensait tout !!! Même les esclaves !!! ). Mais fut-elle-même majoritaire, la communauté maure n’a aucune raison pour tenter de bannir des négro-africains mauritaniens comme nous en avons été les témoins en 1989 et de massacrer manu militari, sans jugement aucun, des dizaines de ses enfants qui sont des enfants de Mauritanie à part entière pour la seule raison qu’ils sont Noirs !!! De tels crimes d’État ne seront jamais résolus par quelques sommes d’ouguiyas données, à la sauvette, aux ayant-droits des défunts !!! Il faut un jugement !!! Il faut un jugement définitif juste !!! Quand un certain Ely Ould Mohammed Vall, le cousin-complice d’Ould Abdel, disait méchamment, après la mascarade de « période de transition » fumeuse que : « si l’on doit juger tous les crimes commis par le régime de Taya on en finira jamais », il était de bon aloi de lui dire qu’il est le pire des imbéciles-criminels, lui qui n’a été, pour l’essentiel de sa carrière militaire, que l’un des principaux majordomes de Taya ! Il est du droit fondamental de chacun de défendre sa dignité et même avec la plus vive énergie. Et toute absence de justice conduira tôt ou tard à la violence la plus vive. Et il est de notre devoir, tous, de pointer du doigt toute forme d’injustice et de l’enrayer par tous les moyens. Le vrai problème aujourd’hui est Ould Abdel Aziz. Tant qu’il tiendra ce pays d’une main de fer ce sera le règne de la discorde, de l’injustice la plus totale et de la haine ! Il ne faut pas se tromper de cible !!! Deyloule